Accueil Authors Posté parLa Rédaction

La Rédaction

57 ARTICLES 0 COMMENTAIRES
L’équipe de rédacteurs de magazine-assurance à votre service ! Nous nous penchons sur toutes les informations possibles et imaginables sur les assurances afin de vous aider à faire le tri. Nous nous efforçons de vous offrir des articles de qualité afin de vous aider à mieux appréhender les enjeux de telle ou telle assurance.

2349

Après une résiliation d’assurance auto pour alcoolémie, vous cherchez un nouveau contrat qui ne nuira pas à votre portefeuille ? Messieurs, mesdames,  vous êtes au bon endroit. Assuroto vous permet de comparer les différentes offres des assureurs qui se sont spécialisés dans ce type de résiliation et vous offre l’accompagnement nécessaire pour faire le bon choix en matière de souscription. Vous n’avez qu’à remplir le formulaire afin de bénéficier gratuitement d’un devis pour votre contrat selon votre propre situation.

Majoration de la prime

Retrouver un nouveau contrat assurance auto après sa résiliation pour alcoolémie n’est pas aussi simple. Maintenant que vous êtes reconnu comme étant un profil à risque, les assureurs sont en droit de vous appliquer une majoration sur votre prime.

La souscription à un nouveau contrat à un prix raisonnable devient alors compliquée. Heureusement pour vous, Assuroto a pensé à votre cas spécifique et vous donne la possibilité d’obtenir gratuitement un devis pour alcoolémie. Ne ratez pas l’occasion de trouver une assurance auto pas chère malgré les circonstances malencontreuses.

Alcool au volant

Evitez l’alcool lorsque vous êtes amené à conduire car la probabilité d’accident s’élève en fonction du taux d’alcoolémie. Il est plus facile à céder à la tentation, lorsque l’on accepte le premier verre.

Sachez que dans la majorité des cas d’accident liés à l’alcool, ce sont les buveurs occasionnels qui sont tenus pour responsables. Chaque verre d’alcool consommé peut augmenter notre taux d’alcoolémie d’une moyenne de 0,20 à 0,25 g/litre.

Et il devient difficile de faire disparaitre les effets d’alcool, une fois que l’on a trop bu. Surtout que les sanctions en cas d’accident sous l’emprise d’alcool (plus de 0,50 g/litre dans le sang) ne sont pas négligeables et peuvent arriver à l’emprisonnement.

Assurance auto après suspension de permis

  • Une majoration de 200 % : pour tout assuré ayant subi une annulation ou bien plusieurs suspensions de deux mois ou plus durant la même période de référence (article A. 121-1)
  • Une majoration 100 % : Pour tout assuré coupable de délit de fuite après un sinistre qu’il a causé ainsi que pour celui qui a omis de déclarer les accidents dont il a été responsable durant les 3 ans qui ont précédé sa souscription.
  • Une majoration de 50 % : Pour tout assuré ayant cumulé plus de trois accidents  responsables au cours de son année de souscription.

Dès la suspension de votre permis, il devient plus ou moins compliqué de trouver un nouveau contrat d’assurance. Les assureurs sont plus penchés vers le refus de votre dossier. Il est donc conseillé de rester attaché à son assureur quitte à supporter les couts additionnels qu’il pourrait vous appliquer.

Les courtiers peuvent vous être utiles dans le cas où la recherche est infructueuse. Comme vous pouvez aussi recourir à la location d’un véhicule pour bénéficier d’une couverture au nom de la société de location.

Retrouvez un contrat après un retrait de permis

Actuellement, plusieurs assureurs proposent des offres spécifiques aux conducteurs dont le permis a été suspendu ou annulé. Assuroto vous permet de comparer ces offres afin de trouver la plus adaptée à votre besoin.

Conduire sans permis

Il est fortement défendu de conduire un véhicule qui requiert un permis  après la suspension de celui-ci. En effet, vous risquez plusieurs sanctions telles qu’une amende pouvant aller jusqu’à 4500 euros, une soustraction de 6 points sur votre permis ou encore 2 ans de prison.

Conduire sans couverture

Il est indispensable de disposer d’une assurance auto pour pouvoir utiliser votre véhicule. La suspension du permis induit à l’annulation de votre couverture. C’est-à-dire qu’en cas d’accident, vous ne pouvez plus bénéficier de la couverture de votre assureur. En plus, la loi a prévu une sanction sous forme d’amende de 3750 euros ou confiscation du véhicule.

2179

Le Canada est un pays attractif qui offre de multiples opportunités d’immigration et de réussites professionnelles. Malgré son hiver glacial, bon nombre de personnes venant des quatre coins du monde souhaitent y tenter leur chance pour étudier, travailler, être fille au pair, investir, effectuer un séjour linguistique ou, tout simplement, pour visiter le pays. Comme le visa pour l’immigration au Canada ne sera pas délivré sans un contrat d’assurance, voici quelques conseils qui vous permettront de bien choisir votre assurance voyage selon votre visa.

L’assurance voyage pour faire du tourisme

Si vous êtes ressortissant français, suisse ou belge, vous n’aurez pas besoin d’un visa pour pouvoir effectuer un voyage sur mesure au Canada à la condition où celui-ci ne dépasse pas trois mois. Pour séjourner dans le pays, vous aurez uniquement besoin d’un AVE ainsi que de votre passeport. Les conditions sont différentes pour les touristes provenant d’autres pays, aussi, il est recommandé de se renseigner auprès de l’ambassade de votre pays d’origine pour en savoir un peu plus sur le sujet. Quelle que soit la durée de votre escapade dans le territoire canadien, il vous est recommandé de souscrire une assurance voyage. Le contrat d’assurance voyage comme le Cap Assistance 24 h/24 de Chapka vous couvrira en cas de problème de bagages ou pour les frais médicaux, rapatriement, annulation, etc. lors de votre séjour au Canada.

L’assurance pour un Working Holiday Visa

Pour les jeunes de 17 à 35 ans qui souhaitent partir travailler et voyager au Canada, les visas qui leur sont destinés sont le Visa Working Holiday ou le Visa Vacances-Travail. Ces types de visas ont pour objectif de permettre aux étudiants ainsi qu’aux jeunes travailleurs de découvrir le territoire canadien et de voyager tout en ayant la possibilité de financer leur projet en travaillant sur place. L’un des points essentiels à prendre en compte lorsque vous projetez de partir au Canada dans le cadre d’un Visa Vacances-Travail, est le fait de choisir une assurance qui vous couvrira durant votre voyage. D’ailleurs, celle-ci est obligatoire.

Comme stipulé sur le site de l’ambassade canadienne, votre assurance voyage devra vous couvrir au minimum pour l’hospitalisation, la maladie et le rapatriement. Le contrat Cap Working Holiday proposé par Chapka assurances vous garantit en cas d’accident au cours de votre activité professionnelle, sous contrat de travail, et lorsque vous êtes en vacances. La pratique de sports à risques est également couverte. Par ailleurs, le Cap Working Holiday vous couvre partout dans le monde, dans la limite des dates de validité de votre Visa Working Holiday.

L’assurance pour les expatriés et travailleurs au Canada

Vous avez décidé de tenter votre chance au Canada pour y travailler ou encore pour y créer votre business. Que vous partiez là-bas seul, en couple ou en famille, il vous faudra trouver le meilleur contrat d’assurance santé pour pouvoir entrer sur le territoire canadien. Pour ce faire, l’assurance Cap Vital Expat de Chapka est l’assurance de référence pour les expatriés qui s’installent à l’étranger, notamment au Canada. Cette assurance pourra couvrir tous les frais liés à votre hospitalisation, à vos soins médicaux ou encore à votre assistance rapatriement en cas d’accident ou de maladie inopinée au cours de l’exercice de votre activité professionnelle ou dans le quotidien.

Le contrat d’assurance Cap Vital Expat propose également de vous assurer en responsabilité civile « vie privée » tout au long de votre séjour. Dans la même mesure, vous pourrez bénéficier d’un capital accident et d’une couverture pour tous les problèmes liés à vos bagages. Quelle que soit votre activité professionnelle, cette assurance expatriation est une solution avantageuse tant sur le coût que sur la force des garanties. En effet, le plafond des frais médicaux est illimité et sans franchise. Pour information, l’assurance Cap Vital Expat est une assurance temporaire qui vous couvre dans un délai de 12 mois maximum pour vous permettre de commencer sereinement votre expatriation au Canada.

 

2360

Selon les dernières statistiques, l’Ouragan Irma a fait des ravages dans la zone des Caraïbes. Les Bahamas semblent avoir été épargnés même si certaines villes du pays présentent des dommages matériels assez remarquables. Ce genre de situation montre encore une fois l’importance de bénéficier d’une bonne assurance pour les voyageurs et les étrangers expatriés qui ont choisi de séjourner dans la région.

Les caractéristiques d’une bonne assurance

En général, les garanties en matière d’assurance voyage dépendent des attentes des souscripteurs, mais surtout de la nature du séjour. De nombreuses raisons peuvent nous amener à effectuer un voyage aux Bahamas. Vacances, affaires, études, séminaires, les besoins et les activités en sont pas toujours les mêmes pour chaque formule. Mais le fait de disposer d’une bonne couverture sera utile puisque les problèmes et incidents peuvent survenir à n’importe quel moment et dans n’importe quelle situation.

Une bonne assurance se distingue par les diverses formes de prises en charge et d’indemnisations qu’elle présente. En premier lieu, les meilleures offres permettront aux assurés de bénéficier d’un remboursement des frais réels (frais médicaux, frais d’hospitalisation ou autre) en cas d’hospitalisation. Certains accidents ou maladies, comme ceux causés par l’Ouragan Irma, peuvent générer des dépenses importantes.

Le rapatriement n’est pas à exclure dans certains cas. C’est pour cette raison qu’il sera aussi inclus dans la couverture. Et bien sûr, il y aura les garanties classiques. Il faut bien que les voyageurs se préservent d’une éventuelle annulation ou report du séjour ou encore des cas de dommages, de pertes ou de vol de bagages. La responsabilité civile à l’étranger peut également être d’une grande utilité en cas de litiges avec autrui. Pour finir, actuellement, l’assurance internationale semble être la formule la plus prisée par les touristes. Elles présentent des options supplémentaires qui protègent les assurés des risques liés aux activités (loisirs nautiques, escalade, ou autre) prévues.

Santé et sécurité aux Bahamas

Après le passage d’Irma, les responsables locaux se sont tout de suite mis dans la reconstruction et le réaménagement des infrastructures. Les aéroports ont rouvert et les établissements hôteliers semblent se remettre de la situation. Les autorités sont vigilantes et adoptent de nouvelles initiatives pour améliorer le contexte sanitaire et sécuritaire aux Bahamas.

L’île Nassau, la Grand Bahama Island et la Paradise Island n’ont pas vraiment été touchées par l’Ouragan. Les voyageurs n’auront pas trop de souci à se faire s’ils projettent de séjourner dans ces régions. En revanche, la prudence est de mise si les visiteurs prévoient de passer par les îles de Crooked Island, Inagua et Mayaguana. En cas d’incident, les touristes seront certainement rassurés de savoir que le pays compte plus de 55 centres de santé, 59 cliniques satellites et 5 grands hôpitaux.

La sécurité, elle, semble devenir problématique dans certaines régions de l’archipel. C’est la raison pour laquelle de récents avertissements ont été émis par les États-Unis et l’Union européenne en ce qui concerne les séjours sur les lieux. Mais on peut s’attendre à ce que la situation s’améliore en observant les efforts acharnés des dirigeants locaux pour remettre de l’ordre dans chacune de leurs îles.

 

2506

La Nouvelle-Zélande est une destination exceptionnelle pour les familles, les groupes ou les couples qui veulent passer leurs vacances en Océanie. Ce pays au sud-ouest de l’océan Pacifique est constitué de deux îles principales, l’île du Nord et l’île du Sud.

Que vous soyez amateur d’activités de plein air, de belles plages ou encore d’histoire et de culture, un séjour dans le territoire néo-zélandais ne manquera pas de vous ravir. Comme personne n’est à l’abri d’un accident ou d’une maladie lors d’un voyage à l’étranger, il est important de souscrire à une assurance voyage. Pour vous aider, voici quelques informations sur le sujet.

Pourquoi souscrire à une assurance voyage ?

Souscrire à une assurance voyage est loin d’être une dépense inutile si vous envisagez d’effectuer un voyage en Nouvelle-Zélande ou dans tout autre pays étranger. Il est vrai que la Nouvelle-Zélande figure parmi les pays qui présentent le moins de risques sanitaires au monde. Pour séjourner dans le territoire, aucun vaccin n’est exigé et on ne trouve aucun serpent dans la nature.

Par ailleurs, les infrastructures hospitalières sont modernes et le taux de criminalité dans l’ensemble du pays est particulièrement bas, notamment par rapport à celui de la France. Dans ces conditions, bon nombre de voyageurs baissent leur garde facilement, d’autant que la splendeur des paysages est incompatible avec la notion de danger.

Pourtant, personne n’est à l’abri d’un accident. D’ailleurs, parce que le mot « imprévu » est lié à « imprévisible », il est toujours indispensable de se parer à toute éventualité lors de votre séjour. À ce propos, l’assurance voyage est un contrat d’assurance qui vous garantit des indemnités en cas d’accident, de problèmes de santé ou encore de tous autres dommages survenus au cours de vos vacances. Autrement dit, ce type d’assurance vous procure des dédommagements en cas d’accidents ou de vol.

Dans la même mesure, l’assurance voyage peut couvrir les frais occasionnés par l’annulation d’un voyage, la perte des bagages ainsi que le rapatriement, si jamais vous devez vous faire hospitaliser. D’une manière générale, prendre une assurance voyage est un excellent moyen de se protéger des problèmes financiers occasionnés par les imprévus cités précédemment. Plus d’informations pour partir serein ici.

Les facteurs à considérer pour choisir son type d’assurance voyage ?

Comme chaque voyage est unique, l’assurance voyage à souscrire se doit de répondre à des besoins spécifiques et prendre en compte certaines variables. À cet effet, pour bien choisir votre assurance, il vous est important de considérer les facteurs suivants avant d’effectuer votre sélection :

  • Le montant maximal de votre budget,
  • Le motif de votre voyage, à savoir est-ce que vous partez pour les affaires, pour le loisir, pour les études, etc. ?
  • La durée de votre séjour, puisque les formules proposées par les assureurs pour les séjours courts et les séjours longs sont différentes
  • Les genres d’activités que vous prévoyez de faire lors de votre voyage, à savoir des visites, des sports de loisirs ou des sports extrêmes
  • Votre état de santé, avez-vous des troubles de santé ou une maladie chronique ?

C’est à partir des précédents éléments que vous pourrez comparer les offres d’assurance voyage à souscrire lors de votre escapade en Nouvelle-Zélande. Bien entendu, il vous faudra également vérifier les tarifs de chaque assureur, les procédures de déclaration et d’indemnisation, le montant des plafonds de prise en charge ainsi que la disponibilité de chaque assurance. Les assureurs en voyage les plus plébiscités en Nouvelle-Zélande sont Chapka et Uni-care.

Les garanties d’assurance voyage à privilégier

Une fois que vous avez pris connaissance des facteurs à prendre en compte pour la souscription de votre assurance voyage et que vous avez effectué les comparaisons indispensables pour trouver le meilleur assureur, il ne vous reste plus qu’à déterminer les garanties à privilégier. Comme l’assurance voyage peut couvrir plusieurs imprévus, il est essentiel de savoir prioriser les garanties, de façon à limiter, dans la mesure du possible, le montant de votre assurance.

Dans cette mesure, parmi les garanties essentielles à inclure dans votre assurance voyage, il y a les garanties d’assistance et les garanties d’annulation. Les premières prennent en charge les événements lors de votre séjour en Nouvelle-Zélande, à l’instar des frais médicaux ou un rapatriement. Les deuxièmes sortes de garanties vous couvriront en cas de maladies, d’accident ou d’imprévus avant votre départ, ou par rapport à vos bagages. Si vous avez les moyens, souscrire à une assurance multirisque vous permettra de bénéficier des garanties complètes.

 

La saison des vacances d’été est arrivée ! Vous allez partir en séjour au bord de la mer ? Vous avez trouvé un beau logement pour passer un parfait séjour avec votre entourage. Louer une maison, un appartement, une villa ou un studio pour ses vacances devient actuellement une pratique très courante.

Toutefois, il n’est pas inévitable qu’un incident survienne dans cette location de vacances. Tout au long d’un séjour, des imprévus peuvent survenir inopinément. Qu’il s’agit d’imprévus de nature accidentelle causée par une impudence comme un incendie ou bien d’origine naturelle comme des dégâts des eaux d’une tempête ou infiltration d’eau de pluie par la toiture.

Dans ces situations, avoir une assurance est indispensable pour passer des vacances en toute sérénité et en toute tranquillité, que ce soit pour le propriétaire des lieux ou les vacanciers locataires de l’habitation. Il est donc important que l’un et l’autre disposent d’une assurance.

Par rapport à la location classique qui se déroule toute une année, il n’existe pas de réglementation obligatoire pour la souscription à une assurance de location saisonnière. En effet, le propriétaire d’une habitation louée durant les périodes de vacances n’est pas obligé de souscrire à une assurance pour son bien mis en location.

Néanmoins, dans la vie courante, il est conseillé au propriétaire de souscrire à une assurance habitation pour éviter les mauvaises surprises sur leur bien immobilier.

L’assurance prise par le propriétaire

En tant que propriétaire, il est important de prendre ses précautions pour être bien couvert contre tous les risques de dégâts des eaux et d’incendie. Pour la tranquillité d’esprit des locataires successifs, une assurance à Mons est capitale.

Deux options d’assurance s’offrent au propriétaire. La première option est constituée par la clause « renonciation à recours » ou à « l’abandon de recours » figurant dans le  contrat de location et le contrat d’assurance du propriétaire. Cette clause signifie que le propriétaire et son assureur vont renoncer à l’exercice des recours face au locataire qui a causé des dégâts des eaux ou un incendie à sa propriété.

Pour les autres incidents qui survient et portent atteinte aux voisins habitants les alentours de l’habitation de la location saisonnière, le locataire sera le seul responsable qui se chargera de la réparation des dégâts subits au voisinage.

La seconde option comprend le fait que c’est le propriétaire lui-même qui aura la charge de souscrire une assurance « pour le compte de ».

Pour ce type de contrat d’assurance, il inclut toutes les formes de garanties similaires à la location traditionnelle. Tous les risques liés à l’habitation sont couverts par celle-ci : incendie, explosion, dégâts des eaux, incidents affectant les voisins.

L’assurance du vacancier locataire

En cas de dégâts des eaux ou d’incendie causé par le vacancier, ou bien d’incidence à l’encontre d’un voisin de la demeure de location de vacances, il peut utiliser son contrat multirisque habitation de son domicile principal afin d’indemniser le propriétaire ou le voisin face aux dommages. Cela est possible, si ce contrat dispose d’un titre de garantie de responsabilité civile de type villégiature pour un voyage ou un séjour.

1924

En général, on recourt à un prêt bancaire quand on veut mettre un grand projet en marche, comme l’achat ou la construction d’une nouvelle maison. Mis à part les crédits immobiliers, il y a aussi le crédit à la consommation qui permet aux particuliers de financer leurs besoins familiaux ou privés, des travaux ou encore des prestations de services. Il s’agit d’un crédit accordé par des sociétés financières ou des banques. Découvrez ce qu’est vraiment ce type de crédit et comment fait-on pour l’obtenir.

Le crédit à la consommation, une solution pour tous !

Le crédit à la consommation est un prêt dont le montant maximal est estimé à 75 000€. Contrairement au crédit immobilier, sa durée de remboursement varie entre 3 mois et 7 ans max. Le site www.pret-sans-enquete-de-credit.eu/ vous en dit plus. Mais comme son nom l’indique, ce type de crédit est demandé surtout pour l’achat de quelque chose que l’emprunteur ne peut pas payer en cash.

Cela peut être des biens de consommation, une voiture neuve ou d’occasion, mais on peut aussi le demander pour les loisirs et les dépenses d’aménagement de l’habitat, que ce soit l’achat d’appareils électroménagers, de meubles, mais aussi l’amélioration du logement et les travaux d’entretien. Réservé uniquement aux personnes physiques majeures, ce crédit constitue un grand engagement et demande du sérieux de la part de l’emprunteur.

Pour cela, le prêteur vérifie les capacités de remboursement de chaque client avant d’accorder le prêt. Il étudie également votre projet et votre situation financière afin de trouver la solution la mieux adaptée. À noter qu’il existe 4 types de crédit à la consommation, dont le crédit personnel, le crédit affecté, le crédit renouvelable et la location avec option d’achat ou LOA.

Comment obtenir un crédit à la consommation ?

Afin de financer chaque ménage, les organismes financiers proposent plusieurs types de crédits, dont le crédit auto, le crédit vacances et le crédit travaux pour la rénovation de maison. En ce qui concerne les crédits à la consommation, le crédit personnel est octroyé pour acquérir un bien ou pour couvrir des besoins de trésorerie imprévus. Pour ce type de crédit, le remboursement se fait par mensualités.

Quant au crédit affecté, il est demandé pour financer un bien que vous avez déjà déterminé à l’avance. En ce qui concerne le crédit renouvelable, il consiste à avoir en permanence une somme d’argent dont l’emprunteur peut profiter au moyen d’une carte de crédit. Enfin, la location avec option d’achat, il s’agit en quelque sorte d’une location d’un objet appartenant à la banque et que l’emprunteur peut acheter une fois qu’il est prêt.

Les pièces justificatives

Le prix de cet objet est déterminé lors de la signature du contrat qu’on va déduire ensuite du montant des remboursements que l’emprunteur a pu effectuer. Des démarches sont à suivre pour obtenir ce prêt. Lors de votre premier rendez-vous avec la banque, vous devez vous munir d’une pièce d’identité en cours de validité, d’un justificatif de domicile de moins de trois mois, de votre contrat de travail, des justificatifs de revenus et allocations ou de vos trois derniers bulletins de paie. Si possible, apportez avec vous tous documents justificatifs de votre statut de travailleur.

Si vous optez pour ce type de financement, il peut être judicieux de souscrire une assurance crédit pour vous protéger des imprévus. Consultez cet article pour en savoir plus.

2171

Vous souhaitez assurer l’avenir de votre famille en cas de décès et vous souscrivez à une assurance vie ? Découvrez comment il est possible d’échapper au droit de succession sans que les bénéficiaires n’aient à payer d’impôts, et tout cela dans le respect scrupuleux des règles en vigueur.

Comment se désignent les bénéficiaires d’une assurance vie ?

Permettant de mettre à l’abri les personnes bénéficiaires, l’assurance vie est un engagement que les compagnies d’assurance prennent à l’égard des souscripteurs. En effet, en cas de décès de ce dernier, l’assurance s’engage à verser un capital au bénéficiaire désigné par le souscripteur le temps de son vivant. La contrepartie de ce versement est le versement d’une cotisation mensuelle selon le contrat de départ.

Concernant la désignation du ou des bénéficiaires, le souscripteur à l’assurance vie jouit d’une totale liberté à ce sujet. Il pourra élire la personne de son choix sans que sa compagnie d’assurance puisse interférer. Le moment de la désignation peut se faire durant la signature du contrat d’assurance ou peu après. Toutefois, une mention écrite doit se trouver sur le contrat stipulant le nom du bénéficiaire.

Dans le cas où le souscripteur souhaite conserver la confidentialité de ce nom, il est conseillé de le mentionner dans un testament. Pour cela, si vous êtes de la région, n’hésitez pas à contacter un avocat pour succession à Marseille pour vous aider dans les démarches à appliquer.

L’assurance vie est-elle soumise aux droits de succession ?

Au moment où le souscripteur décède, il faut noter que l’assurance vie échappe à toute taxation puisqu’elle ne fait pas partie de la succession du défunt. Cela est le cas lorsque le bénéficiaire n’est autre que le conjoint ou le partenaire de Pacs. Sous certaines conditions, les organismes à but non lucratif, les frères et sœurs peuvent également jouir de cette exonération.

Dans le cas où le souscripteur a désigné plus d’un bénéficiaire dans son contrat d’assurance vie,  les primes d’assurances versées au-delà de ses 70 ans seront soumises à un droit de succession dans le cas où elles dépassent les 30 500 euros. Cette règle concerne en effet les contrats souscrits à partir du 20 novembre 1991.

Il faut aussi noter qu’un abattement de 152 000 euros est appliqué et sera prélevé auprès de chaque bénéficiaire. Cela concerne entre autres choses les versements effectués au-delà du 13 octobre 1998. Par contre, les souscriptions réalisées au-delà du 20 novembre 1991 par les assurés de plus de 70 ans ne sont pas soumisses à ce prélèvement forfaitaire.

Pour ce qui est de la génération vie, l’abattement est beaucoup plus important. Outre les 152 000 euros prélevés, il faudra également tenir en compte des primées versées à 20%. Alors, pour vous aider à bénéficier d’une exonération de taxe sur votre assurance vie, n’hésitez pas à remplir ces quelques conditions mentionnées ci-dessus.

Le professionnel qui se chargera d’étudier votre dossier,  à savoir votre avocat fiscaliste, vous expliquera les différentes règles régissant la fiscalité et qui ont des impacts sur votre vie au quotidien.

Dans la série des procédures juridiques pour organiser un leg ou une succession, le testament olographe est un choix courant, car ne nécessite l’intervention d’aucun spécialiste pour être rédigé. Consultez cet article pour en savoir plus.

2144

Sans sortir du confort du domicile et à n’importe quelle heure, les emprunteurs peuvent facilement trouver le meilleur organisme de prêt en ligne. En effet, pour accéder à une offre de crédit, il vous suffit aujourd’hui de vous connecter à internet via votre ordinateur portable ou votre Smartphone pour connaître les propositions des banques en ligne et envoyer directement une demande de crédit à distance. Mais comment faire pour choisir le bon établissement de crédit en ligne ?

Les plateformes de comparateur en ligne

Disponibles gratuitement et sans engagement de votre part, les plateformes de comparateur en ligne sont souvent dirigées par des courtiers en crédit qui vous proposent les offres de leurs établissements financiers partenaires.

Pour trouver le meilleur organisme de prêt en ligne, n’hésitez pas à vous servir de l’outil de simulation en ligne de votre crédit à la consommation, de votre rachat de crédit ou de votre crédit immobilier qui vous est mis à disposition pour que vous puissiez indiquer un montant que vous désirez emprunter, la durée de remboursement et le coût d’une mensualité qui vous conviennent.

D’autres outils de simulation à distance d’une solution de financement vous incitent directement à remplir un formulaire où vous allez indiquer des informations exactes et précises, car vous constituez déjà votre dossier de demande de crédit, et en quelques clics seulement, vous allez recevoir les propositions des institutions financières partenaires pour que vous puissiez les comparer.

À noter que la loi « consommation » impose aux banques et autres établissements de crédit de proposer des offres publicitaires de crédit détaillées pour que chaque emprunteur potentiel puisse comparer plus facilement, en sachant à l’avance : le montant qu’il pourra emprunter (jusqu’à 75 000 euros pour un crédit à la consommation), la durée de remboursement, le taux annuel effectif global (TAEG), une valeur de référence qui vous indique le coût réel de l’emprunt – car il prend déjà en compte le taux nominal du crédit – les frais de dossier, les commissions et les éventuels frais annexes.

Ne choisissez que le meilleur organisme de prêt en ligne qui vous propose le taux d’intérêt le plus bas, une formule d’assurance pour prévoir les aléas de la vie comme le chômage, la maladie invalidante ou le décès, ainsi que des possibilités de modulation de paiement des échéances sans pénalités.

Les organismes de prêt en ligne

Pour rajeunir leur clientèle, les banques traditionnelles n’hésitent pas à exploiter internet et proposent des solutions de crédit en ligne via leurs plateformes à distance.

Ainsi, lorsque vous ferez les recherches pour votre crédit immobilier, votre regroupement de prêts, de votre crédit personnel ou de toute autre forme de crédit à la consommation, vous pouvez aller directement sur les sites des banques en ligne qui vous proposent également des simulations pour vous donner une idée précise du montant que vous pourrez emprunter en fonction du budget nécessaire pour la réalisation de votre projet, la durée de remboursement et le montant d’une mensualité supportée par votre budget.

Trouver le meilleur organisme de prêt en ligne consiste donc à visiter les sites de banques à distance et comparer les offres pour choisir en fonction du taux d’intérêt, de la durée de remboursement et des conditions de modification des mensualités en prévision des périodes de difficulté financière, notamment pour le crédit immobilier qui vous engage sur le long terme. Retrouvez plus de conseils pour vous aider à choisir votre solution bancaire en ligne dans cet article.

2214

Parmi toutes les assurances et les complémentaires santé existantes sur le marché, nombreux sont ceux qui optent pour une adhésion à une assurance vie. Avant de s’étendre sur les raisons qui justifient ce choix, il est primordial d’expliquer ce qu’est ce type de placement en épargne un peu plus en détail. Mise au point sur l’investissement privilégié en France à l’heure actuelle.

Qu’est-ce qu’une assurance vie ?

L’assurance vie est un contrat d’épargne auquel adhère l’intéressé dans le but de réaliser un placement financier. C’est un investissement qui permet à l’assuré de faire fructifier son argent pendant, au choix, une durée déterminée ou pour toute une vie.

Comment ça marche ?

Lors d’une souscription à un contrat d’assurance vie, l’assuré aura à choisir entre deux types de contrats.

  • Une demande sans risque : elle consiste en un placement de fonds en euros.
  • Une demande plus risquée : c’est un investissement multisupport sous forme d’unités de compte placées en bourse, de ce fait, les actions placées seront soumises aux variations de celle-ci.

Il est à noter que le montant de départ (capital) placé par l’assuré peut être minime, de l’ordre de quelques dizaines d’euros, ou nettement plus conséquent. L’adhérent sera libre d’alimenter son compte, ou non, par la suite.

Il est à souligner que l’argent confié à la compagnie d’assurance sera investi de manière à produire des revenus qui s’ajouteront au montant de base. L’adhérent aura la possibilité de récupérer le capital investi et les plus-values à tout moment.

En cas de décès, l’épargne accumulée sera versée au (x) bénéficiaire (s) que l’adhérent aura préalablement désigné (s) indépendamment de sa succession.

Pourquoi souscrire un tel contrat ?

Il va sans dire que la souscription à un tel contrat d’épargne peut s’avérer très avantageuse pour le souscripteur sur plusieurs plans. C’est un investissement fructueux qui servira, en cas de décès, à la subvention aux besoins de la famille de l’adhérent ou à la réalisation d’un projet de vie nécessitant un capital conséquent.

En plus de la diversité des modes d’investissement, l’assurance vie sécurise l’argent placé en garantissant le capital, sauf certains contrats. Cette dernière est notamment dotée d’une fiscalité avantageuse, que ce soit sur les intérêts perçus ou sur les droits de succession, l’assurance vie est l’un des placements les moins taxés en France.

Cette forme d’épargne se distingue également par la disponibilité des fonds et la liberté des versements. L’assuré peut disposer de son argent à sa guise, attention toutefois aux frais et à la fiscalité car elle est un investissement à long terme. Retrouvez plus de conseils en matière d’investissement financier et augmentez vos chances de profits dans cet article.

2393

Choisir sa mutuelle n’est pas toujours évident. Dans certains cas elle devient une obligation: toutes les entreprises du secteur privé doivent proposer un contrat santé collectif à leurs salariés. Cette mutuelle santé offre des avantages non négligeables aux employeurs ainsi qu’aux collaborateurs.

Les obligations de l’employeur

L’employeur est tenu de proposer à ses salariés l’adhésion à une mutuelle santé obligatoire. Il peut prendre en charge une partie ou la totalité des cotisations. L’entreprise bénéficie d’une exonération d’impôts ainsi que le salarie.

Pour répondre parfaitement aux besoins des salariés, il est préférable d’établir un profit type. Cela consiste à identifier l’âge et les risques relatifs au travail. À cela s’ajoute la situation familiale du salarié, car le conjoint(e) et les enfants peuvent être inclus dans la prise en charge. Toutefois, la couverture des ayants droit n’est pas une obligation. La décision incombe à l’employeur.

La complémentaire santé collective englobe un minimum de garanties. La sélection des soins minimum doit être effectuée soigneusement afin de répondre aux besoins réels des salariés. Elle doit également être en conformité avec la politique sociale de l’entreprise. La participation de l’employeur pour le financement du remboursement des frais de santé est estimée à 50 %.

L’employeur est libre de choisir l’assureur et le type de formule de complémentaire santé à proposer à ses salariés. La complémentaire santé obligatoire d’EOVI est faite pour répondre aux exigences de toutes les structures en tenant compte de leur budget, de leur effectif, etc. Elle peut être faite sur mesure selon les besoins des entreprises et des salariés.

Les exceptions à la mutuelle santé obligatoire

En règle générale, la souscription à une mutuelle santé collective est une obligation pour tous, quelle que soit l’ancienneté. Cependant, il existe un certain nombre d’exceptions. Le salarié peut refuser un contrat santé qu’on lui impose, dans plusieurs cas. La dispense d’adhésion s’applique lorsque le salarié est en CDD de moins de 12 mois.

Un salarié couvert par le contrat santé de son conjoint peut refuser l’adhésion sous réserve de présentation d’un document justificatif. Un salarié disposant d’une complémentaire santé individuelle est également dispensé.

 Toutefois, il doit bénéficier d’une couverture à la date d’échéance annuelle. Pour les salariés qui ont plusieurs employeurs, ils peuvent rejeter la souscription à une mutuelle santé obligatoire s’ils sont déjà couverts par l’un de ses employeurs.

Quel intérêt pour l’entreprise ?

La mutuelle santé collective est avantageuse pour les entreprises et les salariés. Elle permet de répondre efficacement aux besoins des salariés en matière de couverture santé tout en apportant des avantages fiscaux aux entreprises. Tout le monde y trouve donc son compte, et chacun évolue dans l’entreprise en toute sécurité. Personne n’a à se préoccuper des éventuelles dépenses qu’il ne pourrait pas assumer seul.

Elle permet aussi de défendre ou d’assoir l’image de marque d’une entreprise. Elle renforce la part de responsabilité de l’employeur envers les salariés. La stratégie sociale de l’entreprise permet de déterminer son niveau d’implication dans la vie des salariés. Offrir la meilleure complémentaire santé obligatoire permet de fidéliser les collaborateurs. Un atout d’envergure face à une concurrence pas toujours aussi regardante.

AU HASARD

3236
Lorsque l’on concrétise son rêve d’accession à la propriété, il est tentant de s’en remettre à son organisme prêteur pour souscrire à une assurance...

L'EQUIPE

57 ARTICLES0 COMMENTAIRES