Accueil Authors Posté parLa Rédaction

La Rédaction

Avatar
50 ARTICLES 0 COMMENTAIRES
L’équipe de rédacteurs de magazine-assurance à votre service ! Nous nous penchons sur toutes les informations possibles et imaginables sur les assurances afin de vous aider à faire le tri. Nous nous efforçons de vous offrir des articles de qualité afin de vous aider à mieux appréhender les enjeux de telle ou telle assurance.

1145

Après l’achat de son logement, le nouveau propriétaire se doit de souscrire à une assurance habitation. Cette pratique est obligatoire selon la loi et la situation du résident (copropriété). Elle permet aussi à l’acquéreur de sécuriser son bien face aux éventuels incidents et accidents qui pourraient survenir. Et si, souvent, on a l’habitude de privilégier le choix d’une nouvelle couverture après la signature du contrat de vente, l’acheteur dispose en effet de deux options.

Le transfert d’un contrat d’assurance habitation

Le fait d’acquérir un logement implique certaines responsabilités de la part du nouveau propriétaire. Souscrire à un contrat d’assurance habitation en est une. Les cas de sinistres sont de plus en plus nombreux en France, ne pas disposer d’un fond pour couvrir les dépenses serait une erreur surtout quand on doit aussi rembourser la banque.

D’ailleurs sur ce point, ceux qui souhaitent en savoir davantage sur une éventuelle reconduction de crédit peuvent accéder au simulateur crédit immobilier sur http://www.moncreditimmobilier.net/nos-simulateurs/ ! Pour ce qui est de l’assurance, l’idéal serait que l’accord soit signé dès l’acquisition du bien.

Contracter une assurance habitation, c’est d’abord choisir l’établissement et la formule qui répond à ses besoins. Parfois, cela demande du temps. Il faudra ensuite monter un dossier avec les professionnels et connaître les conditions et les clauses présentées. Alors, pour faciliter la tâche des futurs assurés, la loi a prévu que le transfert automatique du contrat du vendeur à l’acheteur soit possible.

La continuité de l’assurance, c’est ainsi que les enseignes appellent cette pratique. La transmission des responsabilités se fera dès la signature de l’acte de vente. Il s’agit d’une option puisque le bénéficiaire pourra toujours résilier cet accord si les conditions dans le contrat d’assurance ne lui conviennent pas.

Souscrire à un nouveau contrat d’assurance

Que le nouveau propriétaire prévoie ou non d’occuper la maison qu’il vient d’acheter, l’assurance habitation lui permettra de la préserver. Il arrive, en effet, qu’après la signature du contrat de vente, le détenteur des lieux souhaite mettre son bien en location et pense que ce sera au locataire de régler ce détail.

Certes, les résidents temporaires ont aussi leurs obligations, mais c’est à l’acquéreur qu’incombe la protection de son logement. Puisqu’en cas d’accidents et s’il faut effectuer des remboursements, il sera le principal responsable connu par la loi. L’assurance l’aidera alors à couvrir les frais. Il existe d’ailleurs des variantes à celle-ci, déjà abordées dans un précédent article.

Une formule d’assurance habitation est constituée de plusieurs garanties. Vous avez, en premier lieu, la responsabilité civile qui intervient quand il s’agit de dommages au tiers. Cette option est l’obligation fondamentale du propriétaire. Cependant, la formule multirisque est aussi une bonne manière de sécuriser son bien.

En choisissant ce type de couverture, l’assuré bénéficie d’une protection maximale pour les résidents et le logement. Les garanties seront effectives en cas de dégâts des eaux, d’incendie ou même d’explosion. Cette formule prévoit également un remboursement des frais en cas de bris de glace ou de catastrophes naturelles. Pour finir, le souscripteur peut demander à ce qu’on ajoute des garanties complémentaires comme celle sur le vol ou encore celle pour le garage.

1311

Lors des changements de saisons, les factures d’énergie tendent à partir en hausse. Dans certains cas, elles deviennent presque instables. Au risque de tomber sur des surprises en fin de mois. Il est possible de revoir les détails sur le fonctionnement énergétique de son logement.

Ce genre de situation figure parmi les raisons qui poussent les personnes à accuser leur compagnie d’assurance. Les accusations d’arnaque deviennent alors monnaie courante sur les forums et les réseaux sociaux. DMA assurance fait partie des victimes de ces faux avis des consommateurs qui ne connaissent sans doute pas le contenu de leur contrat d’assurance logement. Un type d’assurance qui possède de multiples options auprès de DMA. Grâce à www.avis-dma-assurance.net, il est donc possible d’obtenir des informations supplémentaires et détaillées.

Les détails d’une assurance habitation

Chez DMA, ne souscrire qu’à l’assurance plomberie et électricité est faisable. C’est une option dont la compagnie d’assurance se charge d’effectuer des réparations lors de fuites d’eau, de problème de canalisation, d’un souci avec son installation électrique qui risque de créer un incendie. Mais la compagnie peut également ne faire que des remboursements des frais de charges de l’assuré.

A savoir que les problèmes de plomberie et d’électricité sont parfois les raisons qui justifient la hausse de sa facture mensuelle. À cause des fuites d’eau, le taux de la consommation normale tend à augmenter. Il en est également de même pour l’électricité. Découvrez ici comment calculée la consommation énergétique de votre maison.

Dans tous les cas, les problèmes sont liés aux matériels utilisés. Dans un contrat d’assurance habitation et surtout pour l’option assurance plomberie, les conseillers de DMA suggèrent souvent un changement de matériel. En effet, avec un équipement plus économe et à la fois écologique, la consommation énergétique réduit. Ce qui permettra à l’assuré de ne pas procéder à d’éventuelle réparation ou d’avoir une facture trop élevée en fin du mois.

Adapté à tous les budgets

Dans les conseils fournis par le service de DMA pour le changement des installations électriques ou hydrauliques, le service de comptabilité et les analyses vont permettre d’attester les possibilités de changement à la portée de l’assuré. Cela afin de permettre la réduction maximum de sa consommation énergétique. Et par la même occasion de mieux délimiter les modalités des primes et cotisations qu’il doit allouer à sa compagnie d’assurance.

Ce genre de service a été mis en place pour mettre le client en confiance. Car en signant un contrat auprès de DMA, toutes les discussions doivent être faites au préalable. Dans tous les cas, l’assuré doit être pleinement conscient de toutes les charges à payer et de tout le fonctionnement de son assurance habitation dont l’assurance plomberie.

Ces conditions sont le garant de toute absence d’arnaque pour une assurance chez DMA et contredis les accusations faites à son compte sur le net.

1487

S’il y a bien un sujet qu’il faut aborder, c’est celui de l’assurance. Pourquoi ? Parce que le sujet concerne tout le monde, ou presque. En France par exemple, si vous êtes locataire (comme à peu près 40% des ménages français de la métropole), le Code des assurances vous oblige à faire assurer votre logement. De plus, même pour les propriétaires, il est fortement conseillé de souscrire à une assurance habitation afin de se prémunir contre tout risque d’accident.

Ce besoin de protection s’étend aussi à toutes les annexes de votre logement. Hélas, la plus grande partie des assurances multirisques ne couvrent que les pièces résidentielles. Si vous possédez un box ou un parking, il faudra le prévoir lors de la souscription de votre assurance, c’est-à-dire songer à une assurance parking. Cependant, la manière de procéder sera différente selon votre possession.

A chaque parking son assurance

Si on veut savoir comment procéder afin d’assurer son parking, il faut d’abord définir ce que l’on entend comme parking. En effet, s’il s’agit d’un garage de maison, d’un marquage au sol ou d’un box fermé, l’approche de l’assurance parking sera différente.

Assurer un marquage au sol

Si vous résidez dans une grande ville, il est possible que votre parking se limite à un simple marquage au sol. Les règles d’assurance parking sont un peu particulières dans ce cas. Par chance, elles sont assez simples puisqu’en tant que zone non privative, le marquage ne doit pas dépendre de votre assurance personnelle. Comme pour les murs ou les escaliers communs, c’est à la copropriété en charge des partie communes de se prémunir des risques encourus par l’espace de parking. Les démarches d’assurance ne vous concernent donc pas directement.

Assurer un box fermé

Pour ce qui est des box fermés, les choses sont un peu plus compliquées. En effet les box sont considérés comme des zones privatives, ce qui les inclut dans votre assurance multirisque personnelle. Que vous soyez propriétaire ou locataire, veillez donc à signaler la présence de votre garage auprès de votre compagnie d’assurance. Dans la plupart des cas, à condition que le box en question ne soit pas trop éloigné de votre logement principal, une simple extension de votre contrat d’assurance multirisque fera l’affaire et vous apportera les mêmes garanties qu’une assurance parking concrète.

Notez cependant que si votre box est situé dans un parking commun et que c’est le parking qui subit des dégâts (incendies, inondation), c’est l’assurance de la copropriété qui est concernée. A l’inverse, si votre box est victime d’un incendie causé par votre voiture, ça sera à l’assurance de votre véhicule de couvrir les dégâts, et non pas à l’assurance parking.

Assurer un garage de maison

Si vous habitez une maison et que vous confiez la protection de votre voiture à un garage, celui-ci sera considéré comme une annexe de votre logement. Conséquemment, c’est à votre assurance multirisque de couvrir les risques auxquels il est exposé. Cependant, les assurances habitations ne concernent généralement que les pièces d’habitation, ce qui n’est pas le cas d’un garage. Pensez donc à spécifier à votre assureur la présence d’un garage dans les zones à couvrir. Il vous faudra également renseigner la superficie et les biens qui y sont entreposés.

Notez que le fait que le garage soit intégré/accolé à la maison ou situé plusieurs mètres plus loin ne présente aucune différence aux yeux de votre assurance.

1342

La souscription à une assurance relève parfois d’un coût considérable. Pour les personnes qui sont réticentes à investir une grande somme dans une assurance, il existe une solution. En effet, les personnes intéressées pourront obtenir des informations complémentaires sur l’assurance de leur choix.

En allant directement sur les sites web des compagnies d’assurance, on peut obtenir tous les détails relatifs à la contraction d’un contrat. Dans la majorité des cas, les particuliers optent pour une assurance multirisques. On retrouve l’assurance multirisque dans la plupart des assurances : automobile, habitation, professionnelle…

La société DMA assurance possède alors des offres qui s’adaptent à tous les budgets. Et le service fourni par DMA répond par la même occasion aux exigences des consommateurs même les plus exigeants.

Couvert en tout temps

La couverture sociale reste primordiale pour les particuliers car aucune personne n’est forcément à l’abri d’un quelconque danger. Une assurance multirisques, comme son nom l’indique sert à protéger une personne des incidents de la vie.

Auprès de DMA, l’assurance multirisques se présente sous divers angles. Selon les attentes du client, il aura le choix entre le fait de couvrir sa personne, les membres de sa famille ainsi que ses biens matériels. Une assurance sur-mesure qui s’adapte à vos besoins !

Le coût à allouer sera bien sûr différent pour chaque type d’assurance. Dans tous les cas, une assurance multirisques de DMA peut être contractée indépendamment des autres. Les clients de la DMA choisissent surtout une assurance multirisque pour leur habitation.

Cela pour éviter de payer une facture importante pour des éventuelles réparations en cas d’usure. Mais également les charges pour les fuites d’eau dans une maison ou les dommages que pourrait occasionner un incendie.

En contactant directement le service clientèle de DMA, les intéressés connaîtront les conditions nécessaires pour souscrire à ce type d’assurance.

Un contrat non obligatoire

Dans les procédures administratives pour les compagnies d’assurance, la finalité est toujours la signature du contrat par les deux parties. Découvrez dans cet article les points à vérifier avant la signature de votre contrat. Chez DMA, il faut savoir que la compagnie ne cherche guère à vous faire signer un contrat à tout prix. La mauvaise publicité dont DMA fait les frais sur les forums et les réseaux sociaux le démontre.

C’est d’ailleurs pour ôter tout soupçon d’arnaque qu’elle tient à rassurer sa clientèle avant la signature. Cette procédure est néanmoins précédée d’une étude minutieuse du cas financier et social du client.

Les agents assureurs de la DMA proposent alors d’accompagner chaque client à étudier sa situation de vie pour l’aider à trouver l’assurance qui lui convient le mieux. Une assurance multirisques partielle pour sa maison, ou pour sa personne ou pour les membres de sa famille.

Tout va dépendre de ce dont la personne aura réellement besoin d’assurer. Mis à part cela, un service de comptabilité va effectuer un bilan financier pour l’assurance choisie. L’assuré aura ainsi tous les détails relatifs aux primes et cotisations dont il doit s’acquitter pour obtenir l’assurance multirisques de son choix. Un service qui vise à mettre en confiance la clientèle afin d’éviter toute insatisfaction.

1120

Parce que personne n’est à l’abri d’un vol, d’un accident, d’une maladie et même d’un décès, il est nécessaire de souscrire à une assurance voyage avant de partir en vacances, surtout pour une destination étrangère. Face à la pléthore, d’offres en ce sens, qui existe actuellement sur le marché, quelques précautions s’imposent pour trouver l’assurance qui convient le mieux à votre voyage.

Les critères de choix des garanties d’une assurance voyage

De manière générale, une assurance voyage offre plusieurs garanties notamment en cas de vol, de perte, d’accident, de maladie ou de décès. Lorsque survient l’un de ces sinistres, elle prend en charge le remboursement des divers frais, des frais médicaux ainsi que le rapatriement. Cependant, comme dans toute assurance, certaines garanties peuvent être superflues.

Par conséquent, il est important de bien évaluer les risques auxquels vous serez exposés pendant votre voyage afin de choisir les bonnes garanties et opter pour la bonne assurance. Pour cela, plusieurs facteurs sont à prendre sérieusement en compte à commencer par la destination, notamment son contexte socio-politique (menace de guerre civile, de coup d’État, pauvreté…) et les maladies qui y sévissent généralement (dengue, paludisme, virus du H1N1…).

Ensuite, il faudra aussi prendre aussi en considération le mode d’hébergement et le mode de transport une fois arrivés sur place. Il s’agira surtout d’évaluer le niveau de salubrité de l’hôtel, du village vacances été (sur http://www.vtr-voyages.fr/sejours-france/villages-clubs par exemple) ou de l’appartement où vous logerez ainsi que le niveau de sécurité des moyens de transport que vous allez emprunter. Outre cela, il faudra aussi bien définir la durée de votre voyage ainsi que les activités et les sports que vous allez pratiquer.

Les critères de comparaison de l’assurance voyage

Aujourd’hui, il est possible de contracter une assurance voyage auprès de votre agence de voyages, de votre compagnie d’assurance, de votre banque ou encore d’un spécialiste de l’assurance voyage. Et s’il existe une pléthore d’offres d’assurance voyage sur le marché, elles ne se valent pas toutes.

Tout le comme le choix des garanties à souscrire, le choix de l’assurance voyage devra aussi être fait de manière réfléchie. Facteur décisionnel prépondérant, le coût qui est souvent fonction de l’âge des voyageurs, de la destination et de la durée du voyage, ne doit pas être le seul critère de choix de l’assurance voyage. Il faudra aussi se baser entre autres sur la durée maximale de la couverture, les plafonds de garanties, les franchises, les exclusions de l’assurance et bien sûr les garanties proposées par l’assurance voyage à savoir :

  • la couverture des éventuels frais médicaux engagés sur place
  • les modalités de rapatriement et d’assistance
  • l’assistance voyage
  • l’assurance bagage
  • l’assurance responsabilité civile
  • l’assurance sport extrême
  • l’assurance décès

Par ailleurs, la qualité du service à la clientèle peut aussi être prise en compte. Enfin, il faut aussi penser que certaines garanties d’assurance sont adossées aux différentes cartes bancaires, il faut donc se renseigner pour éviter un doublon.

2718

L’achat ou la vente d’un bien immobilier implique certaines démarches  auxquelles le vendeur et l’acquéreur doivent répondre. Ce dont nous allons parler ici  c’est le devenir du contrat d’assurance habitation lorsqu’il y a succession de propriété.

Ce qui est sûr déjà c’est que la transmission du contrat se fait automatiquement, c’est-à-dire que le logement en question reste assuré le temps que la transaction se fasse, du moins dans le cas où le vendeur n’a pas déjà résilié son contrat. Seulement, les deux partis doivent remplir quelques formalités au niveau de la compagnie où l’assurance est souscrite. On vous explique.

Comment se passe le transfert ?

Normalement, lorsque le logement est mis en vente, il n’est pas obligatoire d’avoir en main une assurance habitation à jour. Il est toutefois recommandé de le maintenir actualisé pour s’assurer que les indemnisations soient versées en cas de dommage, du moins jusqu’à conclusion de la vente. C’est pour éviter, en fait, que les dégâts éventuels minent la valeur du bien immobilier.

En même temps, posséder un contrat d’assurance habitation en cours de validité peut constituer un argument de poids pour favoriser la vente.

Une fois la vente définitive, le contrat d’assurance passe systématiquement de main pour être transmis à l’acheteur. Voilà qui est bien rassurant pour ce dernier car, cela lui laisse le temps de bien préparer son installation et de prévoir une assurance logement qui lui convient mieux. Pour le dire autrement, l’acheteur sera à l’abri des sinistres qui pourraient survenir jusqu’à la clôture de la transaction.

Possibilité de résilier le contrat en cours

En effet, l’acheteur peut mettre fin au contrat actuel pour souscrire un autre. A propos, certains acquéreurs préfèrent garder la police déjà souscrite pour éviter les dépenses en plus, mais dans ce cas, il doit régulariser les cotisations de l’assurance habitation existant. Par contre, si pour des raisons de sécurité, l’acheteur envisage d’optimiser le degré d’assurance en y ajoutant plus de garanties, il doit souscrire un autre contrat à son nom.

 Cependant, dans le cas où le nouveau propriétaire veut annuler la police d’assurance cédée, il est tenu d’informer l’assureur dans les délais les plus courts par lettre recommandé avec accusé de réception. La compagnie, après, peut procéder à la résiliation dans les 3 mois qui suivent le jour où la demande de transfert de la police a été envoyée. Au-delà de ce délai, l’acheteur perd son droit de résiliation.

Résilier contrat

Les droits et obligations du vendeur

Il est important de souligner que lorsque la succession de propriété est close, le  vendeur qui a déjà payer la totalité de son assurance sur l’année est en droit réclamer remboursement des cotisations non utilisées surtout s’il n’est pas demandeur de la résiliation. L’assure ur de son côté doit lui verser le montant total des primes en surplus.

Quant à l’obligation première du vendeur, dès le moment où le bien est mis en marché, c’est d’informer son assureur, toujours par lettre recommandée, que la propriété sera vendue et qu’il y aura donc transfert de contrat. Il est toujours préférable de s’y prendre suffisamment en avance pour que le contrat à transférer soit prêt au moment de la cession du bien à l’acheteur.

Voilà en gros, les informations à connaître sur l’assurance habitation surtout lorsqu’il s’agit d’une vente maison entre particulier. Toutefois, ce que nous conseillons à l’acheteur, même s’il décide de résilier le contrat actuel, c’est d’exiger d’avoir une copie de celui-ci pour faciliter ses démarches lorsqu’il aura à souscrire un autre.

De toute façon, avoir un forfait d’assurance habitation complet, c’est-à-dire avec toutes les garanties nécessaires, reste l’idéal pour mieux se prémunir contre les risques.

maison 2

 

1438

La disparition d’un proche est toujours un événement douloureux dans la vie d’une famille. Pour éviter d’ajouter à ce déchirement des conflits concernant votre héritage, vous pouvez envisager de rédiger un testament olographe. Votre entourage sera ainsi à même de connaître vos souhaits quant à la transmission de votre patrimoine.

Qu’est-ce que c’est ?

Le testament olographe peut être écrit sans l’intervention ni l’aide d’un notaire. Il s’agit d’un document manuscrit, rédigé de la main du légataire. Celui-ci doit donc le parapher. La date de rédaction doit y figurer, ainsi que l’identité précise et les coordonnées du testateur (nom, prénom, adresse, liens de parenté).

Plis

Ce dernier doit également indiquer qui sont les individus de son entourage, de sa famille ou autre, qu’il souhaite faire bénéficier de son héritage. Il importe par ailleurs de mentionner quelle proportion du patrimoine est léguée, et dans le cas où plusieurs personnes seraient concernées, de préciser comment la répartir entre elles.

Il est notamment possible d’indiquer la manière avec laquelle le légataire souhaite disposer de son corps après sa disparition (funérailles par enterrement ou crémation). Enfin, nommer un exécuteur testamentaire est aussi dans le droit du testateur (cliquez ici pour en savoir plus).

Certaines précautions de base sont à prendre afin d’éviter toute forme de litige : l’utilisation d’un stylo à l’encre fonctionnelle et une écriture lisible sont conseillées.

L’intervention du notaire

La présence d’un notaire est obligatoire lors des successions incluant un testament olographe. Dans le cas où un exécuteur testamentaire ait été nommé par le défunt, le juriste procède de concert avec celui-ci. En amont, le notaire peut également participer à la rédaction du document si le testateur le souhaite.

Il est tout à fait possible de rédiger ce document soi-même et ainsi ne pas devoir dépenser le moindre honoraire, cependant les risques de litiges s’en trouveront plus nombreux. Sans les conseils d’un juriste, il vous serait parfaitement possible de réaliser des erreurs de formule, qui conduiraient les membres de votre famille à réinterpréter le contenu de votre testament olographe.

D’autre part, si vous ne respectez pas le rapport réserve/quotité disponible, il y a de fortes chances pour que vos volontés ne soient au final pas toutes respectées. La réserve héréditaire représente la part du patrimoine dévolue légalement à certains héritiers (enfants, conjoint), qui sont les réservataires. La quotité disponible, quant à elle, correspond aux legs que la loi ne réserve pas à ces héritiers (plus d’informations en visitant ce lien).

Notaire

Modifier ou annuler le document

A tout moment, le testateur peut décider de procéder à certaines modifications du contenu de ce document. Pour ce faire, il doit d’abord le déclarer auprès d’un notaire, puis en rédiger un second. Le nouveau papier annule systématiquement le précédent. Il faut ensuite détruire le premier, opération qui n’est réalisable que lorsque le légataire l’a en sa possession.

Si tous les plis précédents n’ont pas été détruits du vivant de la personne concernée, alors seul le plus récent sera pris en compte lors de la succession.

Par ailleurs, annuler un testament olographe après le décès de son auteur est possible, sous certaines conditions :

  • Ingratitude du ou des bénéficiaires : dans le cas de sévices, de violences ou d’abus à l’encontre du légataire, le papier peut être révoqué.
  • Non-respect des volontés du défunt : certains bénéficiaires peuvent par exemple prétendre que leur proche décédé n’était pas en pleine possession de ses facultés mentales. Dans ces conditions, l’arbitrage devra être effectué par un juge (voir ce site).
  • Non-respect des formes légales : notamment lorsque le rapport réserve/quotité disponible n’a pas été pris en compte par la personne disparue, ses volontés peuvent être invalidées. Même constat si le document n’a pas été rédigé en totalité par cette dernière.

1613

Créer une entreprise à l’intérieur des frontières de l’Hexagone ou développer son activité à l’étranger, c’est s’exposer aux mêmes risques d’impayés. L’assurance-crédit permet de se prémunir contre ce genre de désagréments.

L’incertitude maîtresse

Vous pouvez par exemple faire un tour sur le site de Coface pour vous rendre compte, dans le détail, des modalités de souscription à une assurance-crédit. En tant qu’entrepreneur, vous faites déjà preuve d’un certain courage : vous êtes un offreur d’emploi qui s’expose aux risques de la concurrence et des difficultés du marché.

Cependant, l’une des menaces les plus importantes qui pèsent sur votre société est probablement celle constituée par les impayés. Au cœur de la conjoncture économique incertaine que nous traversons depuis plusieurs années et qui continue encore aujourd’hui, des ventes non réglées peuvent s’avérer être un véritable problème de fond. Cela peut ralentir votre activité, et même porter directement atteinte à la durée de vie de votre entreprise !

En France, vous pouvez parfaitement tomber sur un client qui n’est pas en mesure d’honorer sa facture. Ce n’est pas quelque chose que vous pouvez prévoir, ni contrôler. Il serait dommage de devoir revoir vos projets de développement sous prétexte d’un événement qui ne relève pas de votre responsabilité… Si cela vous arrive, vous pouvez réagir rapidement en suivant les explications fournies par ce lien.

Mais le constat est le même si vous exportez votre activité en dehors des frontières françaises. Vous pouvez notamment être confronté à un manque d’informations concernant le contexte économique, social et politique du pays où vous désirez implanter votre filiale. Dans ces conditions, décider de développer votre société revient à jouer votre avenir professionnel sur un coup de dé.

Comme vous ne voulez rien laisser au hasard, souscrire à une assurance-crédit est probablement la meilleure solution pour vous. Cela présente un certain nombre d’avantages, qui ne se limitent pas seulement à la prévention des risques.

assurance-credit

Quels avantages ?

Bien évidemment, le dernier ressort de la résolution d’un impayé réside dans l’indemnisation des pertes dues aux factures impayées. Si par malheur vous rencontrez ce problème, être couvert vous permettra de limiter les dégâts et d’obtenir un remboursement. C’est donc un bon moyen d’éviter la faillite si l’impact de la somme non réglée est important.

Mais l’assurance-crédit permet surtout d’assurer un suivi continu de la situation financière de votre clientèle. Vous ne risquez pas de faire signer un contrat à un client dont vous savez qu’il ne sera pas en mesure d’honorer ses règlements.

D’autre part, l’information qui nous parvient quotidiennement n’est pas toujours adaptées aux attentes d’un entrepreneur. Avec ce contrat de protection, vous serez mis en contact avec des analystes et des experts financiers qui connaissent le terrain.

Ces professionnels pourront vous tenir informé des conjectures socio-économiques propres aux pays dans lesquels vous songez à exporter votre activité. Idéal pour ne pas investir à l’aveuglette ! Vous serez en mesure de programmer le développement de votre société en sachant où vous mettez les pieds.

Résoudre le problème de l’incertitude et du manque d’information peut ne pas suffire à se prémunir des impayés. Parfois, des clients peuvent malgré tout se retrouver dans l’impossibilité d’approvisionner le montant qu’ils vous doivent, en France comme à l’étranger. Bénéficier d’une assurance-crédit vous permettra de faire appel à des services de recouvrement.

Le recouvrement n’est pas une pratique récente, elle remonte à l’antiquité et aux prémices du commerce (cliquez ici pour plus d’informations). C’est un procédé qui implique une certaine dose de tact et de négociation. Seuls des professionnels habitués à ce genre d’exercice peuvent obtenir des résultats efficaces. En particulier quand les mauvais payeurs résident à l’étranger !

 

2291

Contrat signé et clés en main, vous voilà fin prêts à faire gronder le moteur de votre nouvelle voiture. Minute papillon ! Ne devriez-vous pas songer à prendre une assurance auto avant que de vous lancer à tombeaux ouverts sur toutes les routes du monde ? C’est un passage obligatoire, et le choix de l’assurance n’est pas toujours des plus simples. Découvrez dans cet article comment, à l’aide d’un comparateur voiture, dégoter les meilleurs plans possibles.

Comment comparer les assurances ?

Le comparateur voiture pour votre assurance permet de vous baser sur plusieurs critères essentiels à prendre en compte lorsque vous ferez votre choix. Commencez donc par vous fier au prix de l’assurance. Compte tenu du fait que la concurrence est rude dans ce secteur, le coût de la souscription peut s’avérer particulièrement bas pour nous autres automobilistes !

De plus, l’émergence de nouvelles formules proposées par les assureurs vous garantit à coup sûr une baisse du prix. Par exemple, souscrire en ligne vous épargne d’emblée les frais de guichet. De plus certaines assurances low cost vous permettent de choisir une sécurité relativement moins bonne mais tout de même correcte, tout en bénéficiant de réductions conséquentes.

Mais le prix n’est rien si vous n’analysez pas les prestations offertes par l’assureur. Celles-ci comprennent les garanties d’assurance, mais vous devriez en priorité regarder les exclusions de garantie. N’hésitez pas et faites un tour par ici si vous désirez en savoir plus. Ce sont elles qui vous intéressent car plus elles sont nombreuses, plus cela signifie que l’assurance proposée est bidon, ou peu intéressante pour vous. Voilà, entre autres choses, ce à quoi peut servir un comparateur voiture.

Assurance Road Sign with dramatic clouds and sky.

Les assureurs n’hésitent pas à mettre en avant certains points autour desquels gravitera toute leur stratégie de vente. Mais dites-vous bien que ces points sont la plupart du temps là pour vous cacher quelque chose d’autre, quelque chose que l’assureur essaie de ne pas vous faire voir. Plus globalement, vous devriez véritablement, en premier lieu, vous assurer de la pertinence de l’assurance qui vous est offerte.

Fiez-vous aux délais de remboursement, aux coefficients de vétusté pris en compte, au remboursement au prix initial de tout bien acheté sous douze mois. Enfin, vérifiez si votre assurance est bien à votre écoute. Si ça n’est pas le cas, c’est qu’il pense plus à sa pomme qu’à la vôtre, la méfiance est donc de mise !

Quelles assurances vous couvrent ?

Un certain nombre de contrats d’assurance obligatoires auxquels vous avez souscrit préalablement à l’achat de votre voiture, par exemple au moment de l’achat ou de la location de votre bien immobilier, prennent déjà en compte l’assurance dont vous aurez besoin de disposer lorsque vous serez en possession de votre automobile. Le comparateur voiture pour votre assurance est une bonne manière de vérifier si vous avez réellement besoin – ou au contraire pas du tout – d’une assurance auto.

Le contrat à responsabilité civile

Le comparateur voiture vous informera de la validité ou non de votre responsabilité civile. Celle-ci est essentielle, nous pas pour vous ni pour votre voiture, mais pour les biens et les personnes qui pourraient subir de votre fait des dommages physique ou matériels. La responsabilité civile vient donc comme une addition à l’assurance auto. Elle est absolument obligatoire.

voiture-main-comparateur-voiture

Le contrat d’assurance auto intermédiaire

Ce contrat vous fera bénéficier d’options complémentaires. Il est à prendre en compte si vous avez recours à un comparateur voiture pour votre assurance. En effet, il inclut des avantages tels la couverture pour les dommages corporels que vous subiriez éventuellement en cas d’accident avec votre véhicule, mais aussi le vol, le dépannage, la garantie bris de glace, la protection juridique, les incendies, et même les catastrophes naturelles !

1243

Le smartphone, tout comme le walkman en son temps, est partout. Il est impensable pour ses millions d’utilisateurs de s’en passer pendant plus d’une journée. Ces petits bijoux rectangulaires de technologie contiennent un pan entier de notre vie : accès à l’information, aux divertissements, aux réseaux sociaux, possibilité de créer un véritable écosystème unipersonnel à base de musiques, de photomontages, de vidéos, de chat et autres journaux de bord… dans de telles conditions, la souscription à une assurance smartphone peut apparaître comme une bonne idée. Mais quelle est la marche à suivre ?

Assurance voiture et assurance habitation

Ces deux assurances multirisques obligatoires, vous les connaissez certainement. Il est essentiel que vous preniez le temps de les relire avant de vous lancer dans la recherche d’une assurance smartphone quelle qu’elle soit, car il se peut tout à fait que l’une des clauses de ces contrats déjà signés par vos soins soit relative à la garantie des objets personnels.

Votre smartphone étant un objet personnel… vous avez compris. Le vol et la casse de votre mobile sont donc potentiellement déjà assurés, or il serait dommage pour vous de perdre du temps et de l’argent à valider une assurance dont vous êtes déjà les bénéficiaires !

cracboumhu-assurance-smartphone

Petite étude des offres d’assurance smartphone

Qui assure ?

Vous trouverez matière à souscrire auprès de nombreux professionnels, à commencer par votre opérateur de téléphonie mobile (à comparer ici) et le distributeur de téléphones mobiles à l’origine de votre acquisition. La banque en charge de vos comptes pourra également accepter de vous faire signer un contrat d’assurance, de même que n’importe quel courtier ou société d’assurance. Un assureur, en revanche, n’acceptera de vous couvrir que pour un smartphone acheté neuf et au sein de l’hexagone.

Conditions générales

Les conditions générales de vente doivent nécessairement faire l’objet d’une lecture attentive avant la souscription. Plus spécifiquement, certaines rubriques concernant les garanties, les exclusions de garantie et la franchise, mentionnent la plupart du temps des choses très importantes pouvant faire perdre beaucoup de valeur et d’intérêt à votre contrat :

  • Les garanties sont toutes les conditions que vous devrez remplir au moment de la casse ou de la perte de votre smartphone pour que l’assurance smartphone prenne effet.
  • Les exclusions de garanties sont toutes les conditions dans lesquelles votre smartphone accidenté ou volé ne pourra pas être remboursé. Si votre assureur a émis de nombreuses conditions dans cette catégorie, les risques pour que vous ne soyez pas remboursés sont grands, prudence donc !
  • La franchise est le montant total qui ne sera de toute façon jamais remboursé après indemnisation. Là encore, veillez à ce que la franchise ne dépasse pas un montant trop important !

Quel intérêt financier pour vous ?

Un smartphone coûte parfois cher, et parfois pas. On en trouve aujourd’hui sur le marché pour quelques dizaines d’euros. Les points de réductions octroyés par certains opérateurs ajoutent encore à cette diminution des prix. L’assurance smartphone, pour être considérée comme qualitative, doit être relativement chère.

Soyez assurés qu’une assurance à 5 euros par mois ne couvrira rien du tout, ou presque ! De même, une assurance exagérément chère ne se traduit pas d’emblée par un taux de couverture important. Il peut très bien s’agir d’une arnaque ! Par conséquent une assurance pour valoir le coup doit, d’une part, honorer un nombre satisfaisant de conditions favorables au client et, d’autre part, ne pas être trop chère, de sorte à ce que le prix du téléphone ne soit pas égalé en prix d’assurance dès les six premiers mois !

picorepoche-assurance-smartphone

Petite astuce pour bien faire jouer son assurance smartphone

Dans l’écrasante majorité des cas, le vol de votre smartphone ne pourra déboucher sur un remboursement qu’à la seule et unique condition que vous déclariez le vol dans les 48 heures suivant les faits. Vous l’aurez compris : pas question d’attendre !

Afin de garantir une réaction positive de votre assureur envers vous, mettez toutes les chances de votre côté : recueillez les coordonnées des éventuels témoins, effectuez un dépôt de plainte, contactez l’assureur pour l’informer de vive voix et envoyez lui une copie de votre déclaration de vol ainsi que de votre dépôt de plainte par courrier recommandé.

Enfin, contactez votre opérateur et faites désactiver votre carte SIM et couper votre ligne téléphonique. Envoyez également cette déclaration à votre assureur. Vous rendrez ainsi beaucoup moins évidente pour lui la possibilité de refuser de vous indemniser en invoquant l’une des clauses de garantie ou d’exclusion de garantie du contrat d’assurance smartphone.

AU HASARD

local commercial à louer

491
Démarrer une activité commerciale ne se fait pas toujours facilement. Au-delà des démarches administratives, la location de local commercial est une question qui demande...

L'EQUIPE

Avatar
50 ARTICLES0 COMMENTAIRES